Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 09:19

L’ACCROCHAGE DANS LE DJEBEL

EXTRAIT DU DAHRA JOURNAL DE LIAISON DU 22ème R.I.

 

 

   « Les Fellaghas, y en a pas dans le coin » avait déclaré le matin le Sergent Chef CARLE écoeuré.

   Affirmation bien gratuite, mais expliquée par les longues journées de marche déjà faites sans résultat, tout un printemps et un été, passés sans avoir trouvé le contact. Deux fois pourtant, ils étaient venus tâter le bivouac, la riposte avait été sévère et l’on ne  connaissait plus du rebelle, que ces trous stupides et inutiles creusés sans astuce sur les pistes du voisinage. Ce jour là, il faisait beau. La Compagnie partit, dans la fraicheur relative du matin, reconnaître un Marabout suspect et chercher à en récupérer quelques habitants, habitués systématiques de la fuite devant nous.

   Arrivé à proximité du Marabout après une heure de fouille, les sections se regroupent pour la dernière partie de la progression. La 1ère suivant le pas allègre et sautillant de CARLE, va reconnaître un éperon rocheux couvert de broussailles qui se termine en falaise sur un oued encaissé et peu accueillant. Les gars dispersés avancent lentement. Les Fusils Mitrailleurs  s’installent sur la crête et PIVETEAU, le tireur à l’œil sûr et au bidon légendaire ( n’a t’il pas fait la guerre de 14 ) s’absorbe dans la dégustation d’un pastèque tout en surveillant la marche des voltigeurs, le Sergent FAULE descend à gauche avec une équipe : le Caporal Chef MOREAU à droite  avec une autre ; le Chef en tête oriente et règle la marche. Tout est calme et ce crapahut bien banal, quand soudain c’est l’accrochage.

   Les rebelles tapis dans les rochers en contre pente viennent d’ouvrir le feu et veulent tout de suite profiter de la surprise. Appuyés par un Fusil Mitrailleur, ils s’élancent en criant sur nos gars qui s’avancent à quelques mètres seulement de leur position. Mais ils ont compté sans le sang froid de la « première » et son réflexe. Seul résultat  pour eux, le Chef CARLE est tout de suite atteint à la cuisse, cette blessure, ils la paieront cher. Sur le flan gauche ils ont failli réussir, l’équipe MOREAU doit d’abord abandonner du terrain, tout en tenant l’assaillant en respect, les balles sifflent, et plus d’un bat son record d’acrobatie et de plongeon, mais l’équipe se regroupe et installée face à l’ennemi l’attend de pied ferme. Pendant ce temps de l’autre côté de la ligne de crête, l’assaut rebelle se transforme en déroute. PIVETEAU a lâché sa pastèque, jeté au loin son bidon et pris en main la protection de l’équipe. Il tire avec précision et les rebelles s’enfuient laissant de longues trainées sanglantes, et poursuivis par les grenades à fusil que leur distribue généreusement le Caporal LAURAIN. Et que dire du sang froid d’un GROUARD qui prend soin de refermer le container de sa grenade à fusil et de le replacer dans sa musette avant  d’envoyer la « purée » comme dirait son chef de groupe.

   Bref et brutal, le contact est fini ; le rebelle a profité des rochers ( parfois bien mal d’ailleurs, tel celui qui après un duel au garant avec CHAPELET, fit une culbute derrière son caillou). Ils s’enfuient vers l’oued emportant morts et blessés.

   La 3ème Section d’ailleurs vient d’arriver sur les lieux en courant, bien que gênée, ainsi que la 4ème qui a pris position pendant ce temps au Marabout, pris à partie par des tireurs isolés.

   La 1ère , tente la poursuite mais ne peut aller bien loin : il y a le chef qui est étendu la cuisse cassée et qu’il faut évacuer.

   Le Fusil Mitrailleur de HAREL fera encore du mal aux fuyards qui se bousculent au fond de l’oued et le fusil à lunette de BOUILLE se charge de stopper la fuite de l’un d’eux.

   Sur le terrain, un mort rebelle, que l’on saura plus tard avoir été le Chef de la section. Les renseignements apprendront plus tard qu’il y a eu cinq autres tués dans la bande et autant de blessés.

   « Si Chef CARLE, il y avait des fellaghas, mais s’il vous ont envoyé à l’hôpital, vos gars ont su, instruits et menés par vous, leur apprendre qu’il y avait la «PREMIERE » 



                       
                Le Lieutenant DOMANGE

                                 Commandant la 9ème Cie du 2/22ème R.I.

 

 

Le texte m’a été communiqué par Albert ROUSSEL.

Les photographies proviennent du livre "la guerre d'Algérie" Témoignages d'appelés de la collection du Patrimoine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rafik 14/05/2010 20:49


mon oncle est tombé au champ d'honneur dans ces maquis je connais plusieurs ...puisque je suis de la region il etait " un martyr ) qui a servit sont pays a l'age de 33 ans extactement l'age de
jesus .....
il s'appelait mohamed.....


Michel 14/07/2009 10:35

Ce texte est un extrait du journal le "DAHRA" publié par le colonel Rieutord en 57/58 il m'a été communiqué par A. Roussel qui est un ancien du 1er bataillon. Des anciens de mon commando, m'ont parlé de vous. Vous auriez fait un intérim début 1958 à la CCS de Ténès en remplacement du Cte Pagnon en vacances. Vous pouvez me contacter sur: photos.22ri@laposte.net . d'avance merci de votre collaboration.
Michel.

domange 13/07/2009 17:08

bravo pour ce blog
je suis le lieutenant Domange je voudrais savoir d'ou vient le texte qui accompagne cette page ?
j'ai commangé la 9ème compagnie de 57à 58
Qui est albert Roussel?
je vous fournirais d'autres photos

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • Le blog de Michel
  • : La vie des jeunes appelés durant les évènements en ALGÉRIE de 1956 à 1963 dans la région de TENES.
  • Contact

Recherche