Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 13:43

LE 22ème R.I. INAUGURE DANS LA TEMPETE

 

 

La jeep, avec difficulté, s’accroche à la piste boueuse. Transi de froid à son volant, le chauffeur dans son imperméable trempé à l’extrême, disparaît sous son casque lourd. La pluie par rafales nous gifle le visage. Par la droite ou la gauche, suivant l’orientation de l’itinéraire qui serpente en lacets dans la brume, nous subissons les assauts de l’orage…..

On se souviendra longtemps au 22ème Régiment d’Infanterie de cette journée du 12 avril ; de cette piste de LALLA-AOUDA, qui semblait ne plus vouloir se terminer. Ce brouillard intense, ces ravins, plus bas, invisibles dans la brume. Cette école de montagne avec ses deux jeunes appelés devenus instituteurs ,et puis, enfin, BENI-HATTITA, l’objet de cette randonnée pleine de surprises ; un poste sorti de terre en quelques semaines pour que dans ces douars du DAMOUS  « un nom qui ne figure pas sur toutes les cartes » se manifeste l’action protectrice et pacificatrice de nos fantassins.

 

                                                                 SIX SEMAINES D’EFFORTS…..

Dans cette région, à quelques kilomètres seulement de DUPLEIX (petit centre sur la R.N.11 près de CHERCHELL) il ne se passe plus grand chose aujourd’hui. Les « fellouses », suivant une expression maintenant consacrée « se font de plus en plus rares ». La bande locale, déjà bien décimée, sans cesse harcelée, évite l’accrochage…..

La 3ème Compagnie peut faire les honneurs d’un poste digne de ce nom aux officiers du secteur et du régiment.

Sous un vent plus violent encore, la pluie nous chasse à travers la cour jusqu’au bureau fraîchement aménagé du commandant de Compagnie. On piétine sur place pour se réchauffer un peu sur ses doigts engourdis.

 

LES HONNEURS DE LA MAISON.

« Nous allons vous faire les honneurs de la maison ». Le capitaine BARDOT nous guide à travers les installations. Un coup d’œil rapide vers les chambrées, le foyer, la popote. Tout a été prévu. Tout à l’heure, solennellement, l’électricité sera aussi de la fête.

Cependant la pluie, le brouillard glacial nous poussent vers la baraque en « demi-lune » ornée pour la réception. Là, autour de l’unique fourneau tous les invités se sont réunis.

Le capitaine nous parle de ses gars. Il évoque le travail sans relâche de ses hommes qui jouaient les bâtisseurs entre une opération et une embuscade de nuit, mettant toute leur ardeur de jeunes à construire rapidement « leur maison ». Il parle de l’équipe des maçons, du caporal-chef CROUZET, des soldats CHARTIER, DIDELOT et GIMENEZ ; il évoque celle des peintres avec BLED, DAMAS et tant d’autres qui ont réglé cette nuit même les derniers détails.

Le ciel n’est vraiment pas clément pour eux ; mais ils sont fiers de montrer leur travail.

Quoique retardé, le lieutenant-colonel DUCHATELLE, commandant adjoint du secteur de CHERCHELL, est arrivé en compagnie du commandant JANISSON, chef du Bataillon. « AMARANTE » , également retardé par une expédition matinale sur les lieux d’une opération, prévient par T.O. qu’il s’est mis en route : le « grand patron », lui même, sera présent tout à l’heure.

A 16 heures, le beau ciel bleu d’ALGERIE ne s’est toujours pas montré. Dans la brume, un peloton en grande tenue se place pour rendre les honneurs. Il pleut toujours. Le lieutenant-colonel LECOINTE, commandant du secteur, passe les hommes en revue.

-         Rompez…….

A cette heure avancée, il était temps de faire honneur au repas d’inauguration.

 

REUNION SYMPATIQUE.

Autour de la table abondamment décorée, c’est une bien sympathique réunion. Aux côtés des officiers du 22ème R.I. se sont rassemblés tous les amis de la compagnie : le délégué spécial de DUPLEIX, Mr TRAVAILLON, le lieutenant KILQUE, chef de la S.A.S. de BOU-YAMINE , le lieutenant CAZAUBON, le lieutenant LABORDE et l’adjudant DIHARTEE, représentants de la gendarmerie.

En raison des fêtes, les délégués spéciaux musulmans se sont fait excuser en adressant leurs vives félicitations au capitaine BARDOT.

Les propos tournent autour de la tâche magnifique concrétisée par l’œuvre de tous les hommes de la 3ème compagnie qui pourra maintenant rayonner sur son vaste secteur ; la rentabilité de cette entreprise audacieuse qu’est BENI-HATTITA, devenu un relais de premier ordre dans la partie ouest du secteur de CHERCHELL. C’est un travail remarquable dont il faut féliciter avec le colonel LECOINTE, le « patron »que fut pour ses soldats le capitaine BARDOT…… « Vous avez marqué de votre personnalité le quartier de DUPLEIX » déclarait le colonel, « je vous en remercie…."

 

 

Avant que la nuit tombe sur le paysage tourmenté par la tempête, les jeeps ont encore fait entendre leurs moteurs. Un dernier regard sur BENI-HATTITA qui allait devenir un poste comme tant d’autres avec ses moments de joie dans l’amitié, ses heures de peine, d’abnégation dans l’accomplissement d’une tâche difficile.

Chaque matin sur cette terre d’ALGERIE, un nouvel emblème tricolore allait monter vers le ciel.

 

                                                                            Serge BERTHOUD.

 

Cet article est extrait du journal le BLED de décembre 1957, il m’a été communiqué par René DESCHLER

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • Le blog de Michel
  • : La vie des jeunes appelés durant les évènements en ALGÉRIE de 1956 à 1963 dans la région de TENES.
  • Contact

Recherche