Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 21:55

NOTE ADRESSEE

AUX APPELES DES CONTINGENTS 56/1A et 56/1B

DU 3ème BATAILLON DU 22ème R.I.

 

 

ORDRE DE BATAILLON  N° 98                      REGION MILITAIRE

                                                                     CORPS D'ARMEE D'ALGER

                                                       Z.O.A. -  SECTEUR DE TENES

                                                                 22ème  REGIMENT D'INFANTERIE

                                                                                 3ème BATAILLON

                                                                               

                                                                                     °°°°°°°°°°°°°°

 

 

                                                  Aux appelés des contingents 56/1A. et 56/1B.

 

 

 

       Le 19 juillet 1956 le renfort "Bugeaud I" débarquait dans le Cherchellois, sous les caroubiers de BOU-AROUA, apportant au Bataillon de "disponibles rappelés" son premier contingent de jeunes appelés.

 

       Le 7 septembre, c'était le tour de "Bugeaud II", le 6 novembre celui de "Bugeaud III". La composition de ces renforts, les mesures prises pour réorganiser les compagnies au départ des "disponibles rappelés", ont fait que la plus grande part de "Bugeaud I" a été affectée à la 9ème Compagnie, la plus grande part de "Bugeaud II" à la 10ème Compagnie.

 

       Représentant 50 % des effectifs du Bataillon à eux deux, ayant participé côte à côte avec les "disponibles rappelés" aux premières luttes contre les rebelles, ces premiers appelés ont fait la soudure entre le Bataillon de Réserve et le Bataillon d'Active.

 

       Reprenant le flambeau des mains de leurs aînés, les contingents 56/1A et 56/1B ont contribué à lui donner son esprit de corps.

 

       Pendant de longs mois, sur la terre d'Algérie, chacun de ces contingents a poursuivi sans défaillance une tâche rude, difficile, souvent ingrate et décevante, sans jamais ménager ses efforts.

 

       Après les hauts lieux du Cherchellois, où demeurent attachés les noms de MARCEAU, MEURAD, TIZI-FRANCO, BOU-MAAD, BOUSMAN, AZIEM, SMAIL, et toutes les opérations dans ces zones montagneuses, le quartier de FROMENTIN s'est montré aussi fertile en possibilité d'accrochages, comme en témoignent quelques noms, BORDJ-BAACH, TALASSA, TARZOUT, SIDI HENRI BOUDOUMA, BENI-MERLIF, OULED BOUFRID, ou quelques côtes, 519  -  602  -  612.

 

       Non content d'assurer la sécurité dans leur propre Quartier, quelques uns sont mêmes allés prêter main forte aux voisins dans le BISSA.

 

       Après vingt mois de présence au sein du bataillon, le Contingent 56/1A s'en va, libéré. C'est un peu l'âme du Bataillon et beaucoup de l'âme de la 9ème Compagnie qu'il emporte avec lui.

 

       En mon nom, et celui de tous ceux qui restent, je remercie ceux qui nous quittent, pour tout l'effort qu'ils ont fourni et l'aide qu'ils nous ont apportée, et je leur adresse mes Vœux de réussite dans la vie civile.

 

       Soyez bien persuadés, vous qui partez, que votre long séjour ici n'aura pas été vain. Tour à tour combattants, bâtisseurs, pacificateurs, vous avez créé, lutté, souffert, pour maintenir sur ce sol la présence Française. Ces mois de vie rude auront contribué à forger votre caractère, à transformer les adolescents insouciants que vous étiez à l'arrivée sous les drapeaux en hommes plus conscients et mieux armés pour affronter les problèmes et les tâches qui vous attendent.

 

       Quelques uns d'entre vous ont versé leur sang pour la cause qu'ils défendaient, treize d'entre vous ont tout donné et ne reprendront pas avec vous le chemin du retour. Accordons avant de nous quitter une pensée émue à ces Compagnons disparus, les uns sur la route de TIZI-FRANCO, FROGER – BONGARD – MARTZEL – ROGER – HY – LECANT – PAVIE – BELZON – BREQUE – DALLIERE – MARTINET, le dernier le caporal LARUE, sur la côte 612 non loin de BORDJ-BAACH. Il nous appartient d'attacher à leur héroïque sacrifice la valeur d'exemple qu'il comporte et de continuer notre tâche dans la voie qu'ils nous ont tracée.

 

       De cette grande famille qu'est le Bataillon, tour à tour se détachent les vivants et les morts, mais la famille se doit de survivre et de continuer à affronter les tâches quotidiennes. Ceux qui s'en vont ne doivent pas faire oublier à ceux qui restent la mission à remplir. Ce sont ceux qui demeurent qui vont avoir à leur tour à instruire et guider les nouveaux qui arrivent.

 

       Pour résoudre tous les problèmes que vont poser la libération de classes et l'amalgame des renforts, nous avons besoin plus que jamais du concours des bonnes volontés.

       Le contingent 56/1A, a participé jusque dans la dernière semaine avant sa libération aux opérations.

 

       Le contingent 56/1B, se doit de soutenir son effort jusqu'au bout et ne pas dételer avant l'heure, afin qu'au moment où il s'en ira à son tour, il soit assuré que ceux qui restent sont aussi bien préparés à prendre le flambeau de la relève qu'il l'était lui-même au départ des "disponibles rappelés".

 

 

                                                                  Le Chef de Bataillon.

 

 

 

BORDJ-BAACH-photo-Marcel-PARIS.jpg

 Ce document m'a été communiqué par Marcel PARIS.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans NOTRE VECU
commenter cet article

commentaires

Michel 25/04/2010 21:02


Oui il manque 16 noms, mais il est vraisemblable que le chef de bataillon n'a cité que les noms des militaires de la 56/1A.
Michel.


roussel albert 24/04/2010 17:24


bonjour

il manque 16 noms


Claude Pierrard 06/05/2015 18:40

Site des disparus de Mourmelon :

http://www.disparusdemourmelon.org

Présentation

  • : Le blog de Michel
  • Le blog de Michel
  • : La vie des jeunes appelés durant les évènements en ALGÉRIE de 1956 à 1963 dans la région de TENES.
  • Contact

Recherche