Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 09:34

TEMOIGNAGE DE MARC DUBOS
SUR L'EMBUSCADE DU 28 FEVRIER 1957.

 

 

Je suis intervenu tout à fait par hasard dans cette embuscade, dans les conditions suivantes :

 

Jeune Lieutenant de réserve au 586 B.T. stationné au cantonnement de NOVI, j'avais pour mission ce jour là de transporter des plaques de préfabriqués destinées à la construction de baraquements pour le 1/22 R.I. à GOURAYA.

 

J'avais comme moyens une jeep avec 3 soldats armés de M.A.T 49 et 3 G.M.C. avec chauffeurs.

 

Alors que j'arrivais par la route côtière NOVI – GOURAYA, près de cette localité, les occupants d'une jeep arrivant en sens inverse, me firent signe de m'arrêter. Un Colonel très affolé, me dit qu'une vive fusillade venait de se produire sur la piste DUPLEIX – CARNOT et qu'un avion avait disparu de son champ de vision. Il me donna l'ordre de laisser mes camions sur le bord de la route et de me rendre aussitôt avec ma jeep et mes Convoi-de-ravitaillement-pour-AZIEM-photo-Pierre-JANIN.jpgtrois soldats sur le lieu de la fusillade. La piste était longue, en mauvais état, avec de très nombreux lacets. Au détour de l'un d'eux dans un mauvais virage, nous sommes tombés sur le lieu de l'embuscade. Des camions étaient en travers de la chaussée, et de nombreux morts gisaient sur la piste et dans les camions. Je me souviens en particulier d'un tireur de mitrailleuse, mort avec un poignard planté dans l'abdomen, un fellagha était également mort à ses côtés. Des soldats probablement du 22ème R.I. fouillaient déjà le terrain à la recherche de rescapés. Un jeune Aspirant était monté sur un rocher, il nous indiqua la direction dans laquelle le petit avion avait disparu. Avec quelques soldats nous avons décidé de ratisser une zone très boisée, et à environ un kilomètre du lieu de Carcasse-du-piper-abattu-le-28-02-1957-photo-A-ROUSSEL.jpegl'embuscade, nous sommes tombés sur l'appareil, la queue en l'air, l'hélice et le moteur enfoncé dans le sol. Le pilote était mort le buste en avant et la tête couchée sur le tableau de bord.

 

La place du co-pilote était vide. Nous avons pensé qu'il était prisonnier des rebelles. Nous avons cependant continué les recherches autour de l'avion. Brusquement un homme est sorti d'un bosquet, il avait le visage en sang avec de nombreuses coupures et sa combinaison de vol déchirée. Il était très heureux de nous voir, car il nous dit avoir vu la mort de très près. Il nous a dit que les rebelles arrivaient en courant alors qu'il venait de sortir de la carlingue de l'avion. Je serais très heureux de le revoir ! Nous avons rejoint avec lui le lieu de l'embuscade où des moyens sanitaires étaient arrivés. Ma mission terminée, j'ai pris le chemin du retour et récupéré mes camions dans le cantonnement du 1/22 R.I. à GOURAYA. Je suis rentré à NOVI à la tombée de la nuit, après une journée qui restera gravée dans ma mémoire. J'ai eu connaissance par la suite qu'une vaste opération avait eu lieu après l'embuscade et que la bande de rebelles auteur du massacre avait presque totalement été détruite.

 

J'espère que mon récit vous permettra de compléter vos informations sur ces moments très douloureux.

 

 

            Max DUBOS.

 

 

Ce document m'a été communiqué par Raymond GUITTARD

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans NOTRE VECU
commenter cet article

commentaires

mohammed 27/08/2011 13:09


il sez fait que je suis un fils de moujahid(fellaga come vous dites) et que je m'intéresse à cette guerre qui avait fait des ravages dans les deux camps et fait perdre aux deux nations mille une
chance de retrouver la paix sans couler du sang.Maisla raison est toujours absente chez les humains.
je demande à ceux qui avaient fait "leur guerre" dans la région de Tlemcen et particulièrement dans le sud de Tlemcen(sebdou ain ghoraba, oulad ,nhar el gor..) de m'écrire.parce que l'histoire ne
eput s'écrire qu'à deux.
merci


Gilbert NEEL 30/10/2010 16:04


Bonjour
Le pilote du Morane 500 était sergent pilote. L'observateur, blessé, était l'EOR Jean WEBER

GN


Michel FETIVEAU 30/07/2010 22:48


Effectivement le Capitaine BOYER commandait l'unité prise dans l'embuscade. Je parle de cette dernière sur le blog dans 2 articles plus anciens.
"L'embuscade du 28 Février 1957 près de DUPLEIX" paru sur le blog le
20/01/2009.
et "Hommage aux amis disparus" publié sur le blog le 17/03/2009.
Amicalement.
Michel.


Marie-France ARRAULT 30/07/2010 12:46


merci pour ces informations que je recherchais car mon père, le Capitaine Louis BOYER, qui commandait ce convoi a été tué dans cette embuscade. Avez-vous connaissance d'informartions
supplémentaires?


Roussel Albert 08/05/2010 12:02


Bonjour Michel

re le nom du pilote du morane Wirrmann Joseph Robert natif Besançon (25)


Présentation

  • : Le blog de Michel
  • Le blog de Michel
  • : La vie des jeunes appelés durant les évènements en ALGÉRIE de 1956 à 1963 dans la région de TENES.
  • Contact

Recherche